Technologie - La redécouverte

Notre tâche est de montrer comment les autres lois de la physique, autres que celles gouvernant la chute libre des corps sont affectées par la courbure de l'espace-temps. Le paradigme suivant est utilisé. Puisque les particules en chute libre (non soumises à d'autres interactions que le champ gravitationnel) suivent les géodésiques de l'espace-temps, et que conformément au PEF c'est équivalent à un système inertiel, prenez les lois de la physique dans un espace Euclidien écrites classiquement en termes de dérivées partielles (les lois exprimées dans le cadre de la Relativité Restreinte). Dans la Variété topologique différentiable représentant l'espace-temps de la Relativité générale, le référentiel chute libre correspond à l'espace Euclidien tangent localement, donc ces lois de la RR correspondent à celles exprimées en coordonnées Normales Riemanniennes (CNR) de la Variété, coordonnées dans lesquelles elles prennent la forme canonique de la RR. Traduisez ces lois en termes de relations entre tenseurs via une équation tensorielle covariante, en changeant par exemple les dérivées partielles en dérivées covariantes. Du fait des propriétés des tenseurs, cette version sera alors valide (localement) dans n'importe quel système de coordonnées qui transforme les CNR en coordonnées quelconques via la transformation généralisée locale. Cette procédure est quelquefois appelée le principe de covariance, ce qui est un peu excessif, car c'est en fait une pure conséquence du PEE avec la condition mathématique complémentaire que ces lois doivent être indépendantes du système de coordonnées.

Mégor Nem-6 expliquant son travail, Savant de Möbius, Arche Hubble, An 2337

Classification CR-1

Les technologies CR-1 sont dites maîtrisées, constructibles, améliorables et maintenables. Ce sont nos technologies de tous les jours. Elles viennent essentiellement, avec quelques améliorations notables, de ce que nous a légué la sonde Oméga.

Même si nous sommes capables de reproduire la quasi-totalité du matériel du 21ème siècle, ce n’est pas pour cela que nous le faisons. Bon nombre de leurs biens étaient totalement inutiles et n’avaient comme vocation première que d’être consommés ou d’induire un besoin superflu.

Pour les objets inutiles du passé, nous avons instaurées les Mémorials annuels qui mettent à l’honneur des périodes de l’Histoire de l’Humanité (avant renaissance) et lors desquels nous reproduisons certaines des créations de ces époques (objets, nourriture, bâtiments, etc.). Cette célébration nous amène à voir autour de nous un foisonnement d’objets aussi inutiles qu’incongrus mais qui nous rattachent davantage à notre histoire et nous rappellent d’où nous venons. J’invite tout Techmentor à aider les jeunes Technos à les repérer au premier coup d’œil. Nombre de ces hommages sont d’ailleurs récupérés ensuite pour être recyclés en matériel utile.

Même s’ils étaient humainement sous évolués, le nombre et la densité de population de nos ancêtres leur permettaient d’avoir des infrastructures plus élaborées que les nôtres. Aussi, les Techmestres feraient bien de consulter les archives disponibles afin de voir comment étaient organisées leurs fabriques, leurs mises en place et leurs utilisations. Nous avons des installations plus précaires uniquement parce que nous manquons de main d’œuvre localement. Nos compétences certes supérieures ne permettent pas de combler ce manque.

Nous avons néanmoins progressé légèrement dans quelques domaines jusqu’à la maîtrise. Et j’aimerais attirer votre attention sur quatre de ceux-ci dont Technocorp n’est pas peu fière.

La propulsion RLS

La sonde Oméga nous est revenue avec un modèle de propulsion avoisinant le 1/4 de la vitesse lumière au bout de 13 années terrestres d’accélération continue. Technocorp a pu réduire ce délai à 7 heures ! Et ce au bout de près de 200 ans de recherches et d’améliorations successives. Même si les moteurs RLS (Reaching Light Speed) ne sont généralement pas utilisés à leur maximum au sein des arches et essentiellement pour du transport de marchandises, ceci demeure une prouesse dont nous pouvons être fiers. Entre deux planètes d’une arche, il faut parfois commencer la décélération à une vitesse inférieure à la vitesse maximale afin de ne pas dépasser la destination.

Grâce à cela dans les arches, les voyages peuvent ne prendre que quelques heures pour des planètes proches ou quelques jours pour les plus éloignées. Les drones-cargo sont d’ailleurs équipés de ces moteurs, même si leur guidage utilise encore l’hypertechnologie de l’Intrinet.

L’Axonotmesis Technology

Lightbox Image
Toutes les armes, mêmes celles utilisant la technologie axonotmésique sont légiférées.

Puisque les lois ne permettent pas de toucher à l’intégrité physique des personnes faisant partie de la société, et ce, quelles qu’en soient les raisons, nous avons dérivé l’émergente technologie des tasersparalysants pour arriver à l’arme qui associe effet dissuasif, sécurité d’utilisation et large couverture des dangers.

Cette technologie d’armement est aujourd’hui la seule produite et tolérée dans notre société grâce à son faible coût de production (uniquement des polymères), son entretien aisé et la réversibilité des dommages directs.

Les Pippers

Tout le monde ou presque a son Pip. Nous avons repris des modèles d’appareils portables du 21ème siècle afin d’en améliorer l’autonomie d’émission et de réception. Nous avons en effet pu attacher au Pipper un codeur/décodeur (codec) lié à l’Intrinet. Ainsi pour peu qu’il existe un réseau Intrinet local à une planète, le Pipper peut s’y connecter. Mieux encore, il peut utiliser sans contrepartie les réseaux sans fils locaux si ceux-ci existent.

Car il y a une contrepartie pour bénéficier de la connexion Intrinet, extrêmement utile et régulée. Les Pippers sont tous équipés d’un régulateur exigeant l’utilisation de puces-crébits afin de permettre les communications vocales ou data hors des zones abritant un réseau sans fil. Intricomm n’aurait jamais voulu, sinon, que nos Pippers se connectent à l’Intrinet librement. Ils régulent donc la vente de puces-crébits.

Les réseaux locaux

Même si nous pouvons profiter de l’Intrinet, nous avons souhaité mettre en place nos propres réseaux locaux au sein des arches. Non pas qu’ils soient plus performants, bien au contraire, mais plutôt que le coût en énergie de l’utilisation de l’Intrinet ainsi que son débit maximal ne nous permettait pas de faire passer toutes nos communications via cet hyper-réseau.

Nous avons donc placé des satellites et des lignes de lasercom afin de déployer notre propre infrastructure, mais, contrairement aux hyper-technologies, les performances de ces derniers sont toujours limitées par les lois de la physique. Aussi, il est aberrant mais vrai de dire qu’il faut plus de temps pour communiquer de planète en planète via nos réseaux plutôt que de communiquer d’arche en arche via l’Intrinet.

Vu qu’Intricomm gère aussi bien les réseaux locaux que l’Intrinet, nous sommes assurés que nos communications utilisent les voies les plus rapides au moment de leur acheminement. Il nous faut souvent requérir à nos réseaux locaux car l’Intrinet est presque constamment saturé, la règle étant que l’Intrinet n’est utilisé en priorité que lorsqu’il est le seul vecteur (comme les communications transarches ou le pilotage de drones-cargo).

Les développements de Technocorp ne sont pas les seuls secteurs qui ont progressé. En fait, tous les domaines ont un peu évolué, mais nous n’en retiendrons que quelques-uns d’importance.

Les exotropes

Vous imaginez bien qu’après nous être rendus compte que notre organisme purgeait dans l’heure la plupart des toxines et autres substances étrangères, nous nous sommes adonnés à l’expérimentation de psychotropes des plus puissants. C’est ainsi que furent créés les exotropes.

Prodiges de Möbius, avec dit-on la participation intéressée de Genethics, ces substrats très concentrés se consomment généralement dans les Bulles, sous toutes les formes possibles. Ils ont le don de nous envoyer « dans les étoiles » comme le dit l’expression, et ont des effets aussi variés qu’extrêmes.

Même si la plupart des exotropes sont consommés pour le seul plaisir du divertissement qu’ils procurent, certains sont utilisés dans un cadre médical et de ce fait fortement régulés, comme l’AG-6-V qui permet d’extérioriser une violence trop présente ou latente.

Chacune de ces substances tuerait sans doute les Premiers s’ils en ingéraient car nous les avons adaptées à notre organisme, bien plus résistant que le leur.

Je rappelle juste que la consommation d’exotropes durant votre service collectif est interdite.

La cybernétique

Sans revenir sur le passé difficile de Nakatomi Robotics, on leur doit tout de même une percée dans le domaine des intelligences artificielles dont les modèles étaient déjà connus au 21ème siècle mais dont la mise en place était encore en phase d’expérimentation. Nakatomi a donc pu mettre en œuvre ce qui allait sans doute devenir une évidence lors de leur 22ème siècle.

Il y a essentiellement deux branches dans la cybernétique actuelle. L’une concerne les bioroïdes (ou Nakas comme tout le monde les appelle) et l’autre les cyberprothèses.

Lightbox Image
Prothèse Nakatomi discontinuée. La ressemblance trop marquante avec l'humain posait problème.

Les premiers permettent d’avoir des robots humanoïdes utiles dans de nombreuses occasions, stockant les données, évoluant en milieu qui nous est hostile, etc. Leur intelligence artificielle est rôdée et à l’épreuve de failles grâce aux quatre lois de la robotique.

D’autre part, nous avons les cybermembres et autres prothèses. Cela pose un vrai problème éthique car lorsque l’on sait que notre inhibition est liée aussi bien à notre corps qu’à notre esprit, le modifier pour le remplacer par de la robotique revient à diminuer notre potentiel humain. Certes, certains membres sont améliorés et permettent des prouesses dont nous ne serions pas capables, mais qui a vraiment envie d’être moins humain au profit des performances d’une machine ?

C’est pour cela que les implants ne peuvent être légalement installés que dans un cadre réparateur (membre nécrosés suite à une neuroptathie axonale, actions de nanos, etc.).

Médecine

Les soins sont dispensés par la section Secours du Trigone, mais si ceux-ci peuvent aujourd’hui bénéficier d’un matériel portable et efficace, c’est surtout grâce au travail conjoint de Möbius, Genethics et bien entendu Technocorp.

Notre médecine est extrêmement efficiente et les opérations chirurgicales sont aussi anodines que ne l’était la pose d’un simple pansement durant le 21ème siècle. C’est dû aux champs à émission d’ions et autres trouvailles permettant une aseptisation immédiate mais aussi à la portabilité de tout l’appareillage médical. Il n’y a plus besoin d’infrastructures aussi coûteuses qu’avant. Nous transportons avec nous nos hôpitaux et pouvons intervenir presque n’importe où.

Que cela soit des synthétiseurs à effet kinésique de Schwann (les kicks comme on les appelle) pour relancer les ruptures axonales ou les nanosurg pour opérer sans ouvrir, nous pouvons utiliser la plupart des technologies existantes pour sauvegarder nos vies.

Lightbox Image
Les nanosurg ont considérablement amélioré notre capacité à sauver des vies.

Les grandes avancées quant aux greffes de membres nous préservent également du danger du transhumanisme, même si certains affectionnent leurs cybermembres au-delà du raisonnable. Le problème est qu’il faut un donneur pour ces greffes ou recourir à de nombreuses cellules souches coûteuses à produire afin de procéder à la culture de membres complets. Et l’on sait que Genethics, dépositaire de la création et de la destruction de nos corps est très réticente quant à fournir les greffons nécessaires.

Technologie de pointe

Nous pourrions passer des heures à recenser les plus petites améliorations dans tous les domaines techniques et scientifiques, mais cela fera partie des sessions d’approfondissement lorsque vous aurez passé votre CET. Citons simplement les applications des champs de force et d’antigravité, l’imprégnation contrôlée, la culture de la CLP6 sans autre besoin que de l’eau, etc.

Bref, un foisonnement de petites choses de tous les jours que nous ne remarquons même plus car cela fait maintenant des siècles que nous les utilisons.

Lightbox Image
Les amplificateurs Intrinet sur la planète Braun de l'arche Einstein.

Classification XT-D

Nous regroupons dans cette catégorie les hyper-technologies, aussi appelées technologies oubliées par les non-initiés. Ces technologies sont, selon le cadran Weinner-Reisenbaum, inappropriées à notre civilisation. En effet, nous en sommes au stade de proto-utilisation et n’avons aucune notion de maintenance, d’amélioration ou de construction. Excepté quelques rares modèles pour lesquels nous avons pu trouver des cyanotypes, sortes de manuels d’utilisation, nous n’avons pour la plupart des cas, aucune emprise sur cette technologie.

C’est même plutôt l’inverse et c’est pour cela qu’elle reste classifiée dangereuse par défaut et que son utilisation est prohibée en dehors des permis délivrés par Technocorp (pour les modèles connus) ou Polaris (pour ceux qui ne le sont pas). Il existe de nombreuses sortes d’hyper-technologies et en faire la liste n’est pas possible car Polaris enregistre sous couvert de confidentialité beaucoup de leurs découvertes en la matière auprès de DataLog.

Relevons dans le paysage actuel quelques-unes de ces technologies qui reçoivent une autorisation permanente dû à la connaissance suffisante que nous en avons.

Le réseau Intrinet

Prodige dépassant notre connaissance sur la relativité générale et la physique quantique, le réseau Intrinet qui, on imagine, se base sur des notions évoluées d’intrication quantique, permet une communication instantanée, quelle que soit la distance entre les deux points reliés.

Les Premiers ont mis ce réseau en place entre la Source et les arches avec un bon débit, ce qui nous permet de communiquer d’une arche à l’autre (même si l’on passe obligatoirement par la Source pour ce faire). Intricomm a la charge de s’en occuper et de répartir les flux de communication entre les réseaux locaux et l’Intrinet.

Personne à ce jour ne comprend quelle est la théorie sous-jacente à ce procédé mais il est stable et n’a jamais été mis à mal ni connu de perturbations.

Les astrodrones

La propulsion D-warp permet de relier les planètes en quelques minutes seulement. Ce n’est pas un déplacement mais bien une modification de l’espace-temps qui permet aux vaisseaux de relier deux destinations si rapidement. II est clair que la maîtrise des champs antigravitationnels de nos ancêtres, durant le Spasme, dépasse de très loin nos maigres applications actuelles.

C’est ainsi que nous pouvons voyager dans les arches sans réelles contraintes, même si de tels vaisseaux restent extrêmement rares.

Le SIDlink

L’alignement du génémetteur de nos corps sur les circuits critiques des appareils permet à Terchnocorp de mettre en place le SIDlink. Ce procédé validant la possession et l’usufruit d’objets rares ou coûteux peut être propagé à plusieurs SID, ce qui fait que les projets d’achats communs par l’Utanscale font souvent appel à cette technologie en vue de lier les différents utilisateurs exclusifs à un objet (ex : voiture, arme, vaisseau, etc.).

Lightbox Image
Si le revêtement qui protège le biocapteur est retiré le SIDLink désactive les fonctions de l'objet protégé par plastico-vitrification électrostatique.

Terraformage

On ne peut que le voir et le constater, la science en planétologie de nos ancêtres leur permettait sans doute d’influer sur les rotations et les orbites des planètes. De là à dire qu’ils maîtrisaient les singularités ou trous noirs, il n’y a qu’un pas que beaucoup franchissent facilement.

On ne sait peu de chose sur l’art du terraformage, c’est pour cela que c’est une science à part entière au sein de Möbius. Pour ceux qui s’y intéressent, il semble que les planètes recèlent des trésors de technologies souvent étudiées en premier lors de l’installation de la vie.

Le permatech

Aussi appelé matière inertielle, le permatech est un matériau unique inventé par nos ancêtres et qui a la particularité de se régénérer sans perte de masse ni de cohésion moléculaire. Les analyses réalisées se perdent quant à l’origine de l’énergie utilisée pour se reconstruire, qui dit-on, serait apparentée à l’énergie noire. Les rares vestiges de la civilisation qui nous a précédée sont généralement faits de cette matière qui peut se décliner dans tous les règnes connus (minéral, végétal, etc.).

Les Archos

Ce terme argotique reprend aussi bien une zone que les constructions qui s’y trouvent. Il s’agit de l’endroit (la plupart du temps sur les planètes-mères) où se situent l’archotypes et le gigantesque archogénérateur faits en permatech. Ces bâtiments immuables, à l’épreuve du temps, sont reliés via Intrinet à la Source et reçoivent dès lors respectivement les ordres de génération d’humains ou de création de matériel.

Même s’il est obligatoire d’apporter localement les matières premières nécessaires à la création de matériel, le simple fait de pouvoir générer n’importe quel objet depuis la Source sur une arche qui en a besoin relève d’une facilité extraordinaire pour notre civilisation.

Il est clair qu’amasser les ressources nécessaires à la création d’un vaisseau à moteur D-Warp demande un temps non négligeable mais au final, sans comprendre les principes qui nous permettraient de le construire, nous pouvons créer un tel engin hyper-technologique simplement parce que nous en avons le cyanotype sur la Source. Comme l’hypermanufacture demande une importante consommation de l’Intrinet (parfois on doit même couper le réseau à toute autre utilisation), nous préférons souvent créer localement les pièces que nous pouvons faire nous-même et les assembler avec celles qui nous dépassent. Cela nous permet aussi d’être un peu moins dépendants de la Source.

Les archotype sur les planètes mères sont bien plus évolués que les modèles portables que transportent Genethics au sein de chaque secteur ou outpost. Ces derniers sont en fait reliés via Intrinet à l’archotype principal qui dérive le message jusque sur la planète adéquate.

Créer un homme prend moins d’une heure, créer un vaisseau spatial plus d’un mois.

L'exoface

Un des rares cyanotypes que nous ayons découvert, l’exoface ou exo-masque ou encore exo, est un masque à champs magnétiques qui protège au niveau de la tête toute contamination, par voie orale ou respiratoire, de gaz ou nanos nuisibles. Les exos sont essentiellement utilisés par le Trigone et sont même devenus un des signes de reconnaissance de celui-ci. Comme pour presque toute hyper-technologie ils puisent leur énergie dans des particules que nous ne savons ni voir ni maîtriser.

Les interdits

Par interdits, on entend dangers. Ces technologies sont interdites d’utilisation et classifiées comme étant un péril pour l’humanité. Les utiliser, en créer ou tenter de les remettre en circulation est un crime dont personne ne sortira indemne.

Les nanos

Les nanos sont un héritage de nos ancêtres. On ne sait pas quelle était leur utilité mais on sait que ces nuages de micro-organismes ou micro-robots, peuvent soit être totalement inoffensifs, soit ronger les chairs sans crier gare et ne laisser que des cadavres derrière eux.

Les nanos sont classés au rang 1 des dangers pour l’homme car on ne les voit pas à œil nu et il est souvent trop tard lorsqu’on y est confronté. Heureusement pour nous, les secteurs sont équipés de détecteurs de particules en essaims, ce qui permet d’évacuer les zones lorsqu’une menace nano est repérée.

Si vous y êtes confrontés, une seule solution : fuyez.

Armes pré-renaissance

Ces armes barbares à effet cinétique qu’utilisaient les hommes du 21ème siècle ont été bannies dès le départ. Aucune usine ou étude technique concernant leur confection n’a vu le jour si bien qu’il n’en existe aucun exemplaire en circulation.

Il y a bien des dérangés qui ont tenté, parfois avec succès, de recréer de telles armes avec des balles mues par explosion, mais cela reste du domaine de l’exception. Heureusement car le but de ces armes était de détruire les chairs et de tuer aussi vite que possible.

Quand on voit nos progrès avec notre technologie axonotmésique, on ne peut que se rappeler à quel point nos ancêtres étaient proches des animaux.

Maarky Gosseyn, Techmentor chez Technocorp, Khayyam – Keisi-C, Secteur CC-13, An 2502